Aller au contenu

Test – Kindle Paperwhite 2021

J’ai acheté un nouveau Kindle. J’en avais déjà un. Il était en promo. Je suis faible.

J’ai découvert les liseuses avec le Kindle Oasis. Cette version était incroyable et elle m’avait redonné le goût de la lecture. Je m’étais arrêté de lire quelques années en arrière après avoir dévoré tous les Beigbeder, car moi aussi je voulais devenir un rebelle cocaïné. Malheuresement, même si je l’utilisais beaucoup, j’avais offert ce Kindle à mon ex-femme.

J’ai donc racheté un Kindle Paperwhite, moins cher que le l’Oasis et je n’ai pas fait l’erreur de l’offrir à quelqu’un cette fois-ci. Parti vivre à l’autre bout de la planète pendant 6 mois, il m’a permis de m’acheter en un clic d’obscurs livres de développement personnel difficilement trouvables en commerce afin de comprendre pourquoi je détestais mes parents, pourquoi j’avais peur de tout et pourquoi je pensais que la vie c’était de la merde (tout est lié apparement).

Après avoir compris tout ça, j’ai reperdu l’habitude de lire. J’ai préféré changer de carrière, me former à de nouvelles choses, faire du sport et des bébés. Et puis je me suis dit que je devais recommencer à lire pour être moins con. J’ai alors repris la lecture avec un livre d’histoire, version papier. L’enfer. C’est lourd, il faut tourner les pages et celles-ci ne sont pas rétroéclairées. En allant chercher la version ebook de ce livre (au prix incroyable de 1 euro), je tombe sur une promo du nouveau Kindle Paperwhite. Il est plus grand, plus beau et respire sous l’eau, comme le nouveau mec de mon ex-femme.

Faut savoir que l’avantage d’une liseuse, c’est que la technologie utilisée donne l’impression de lire un livre, mais surtout ne te défonce pas les yeux. A la lumière du jour, le rendu est assez incroyable. Mais la nuit venue, quand les rues sont remplies de brigands et que je veux lire le dernier roman de Marlène Schiappa en cachette, je dois allumer le rétroéclairage. Et je perds alors l’intérêt premier de la lecture sur liseuse par rapport à la lecture sur tablette ou téléphone : la santé de mes yeux.

Mais les ingénieurs d’Amazon ont pensé à tout. En ajoutant un dark mode, ils ont pensé aux plus fragiles et émo d’entre nous. En activant ce nouveau mode, l’écran se remplit de noir, comme mon âme, et seule les lettres blanches viennent se détacher du fond noir comme mes pensées. Et alors que la chambre à coucher glisse dans la pénombre, on peut même régler la température de couleur du rétroéclairage. Les lettres virent alors à l’orange, et brûlent comme les feux de l’enfer. Et là, vos yeux et votre nouvelle femme assoupie à vos côtés vous remercient.

L’écran de 6,8 pouces recouvre une plus grande partie de l’appareil qu’auparavant, ce qui permet de profiter de sa taille sans rendre l’appareil plus imposant. Il est à peine plus lourd que les précédents. Le revêtement plastique à l’arrière fait un peu cheap mais son plus gros défaut, c’est que le bouton pour l’éteindre se situe sur la tranche inférieure pile où je place mon auriculaire pour gagner en stabilité. Et quand, arrivé au point culminant de mon roman, je met l’appareil en veille sans le vouloir, j’hurle et d’un grand geste, me prépare à le balancer contre le mur. Mais je me ressaisis ensuite car ça coute 100 balles quand même.

L’interface est toujours aussi lente que sur les précédents Kindle, en grande partie dû à la technologie d’écran utilisée mais a bénéficié d’une refonte graphique plus moderne. Toujours 8go disponible pour emmener votre bibliothèque numérique partout avec vous et le wifi pour dépenser votre salaire en ebook sur le store d’Amazon très facilement.

Le manque de formats compatibles et l’écosystème fermé du Kindle ne me dérangent pas, d’abord parce qu’il y a de fréquentes promotions et parce que le logiciel calibre permet de convertir et d’envoyer ses ebooks directement sur la liseuse.

Achetez un Kindle, ou au moins une liseuse, c’est super pratique et ça vous redonnera le goût de la lecture si vous l’avez perdu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.